Les nouveautés de la rentrée 2017

Quelles sont les nouveautés de la rentrée 2017 à l’école et au collège ? Un beau programme : objectif 100% réussite !

 

cartable rentréeÀ l’école:
- Dédoubler des classes de CP en REP+
L’objectif est d’atteindre 100% de réussite en CP grâce au dédoublement des classes, en premier lieu en REP+ dans 2.500 classes.
- Adapter les rythmes scolaires de l’école primaire: des dérogations à la semaine des 5 jours sont possibles.
- Les stages de remises à niveau évoluent en stages de réussite, principalement à destination des élèves de CM2.
Ces stages sont organisés pendant les vacances scolaires :
• une semaine pendant les vacances de printemps,
• la première semaine de juillet ou la dernière semaine des vacances d’été.
Les stages se déroulent en groupes restreints d’élèves, sur trois heures quotidiennes, pendant cinq jours, et ciblent les apprentissages en français et en mathématiques. Ils sont animés par des enseignants volontaires, qui sont rémunérés en heures supplémentaires.

Au collège:
- Aménager la réforme du collège
Les collèges qui le souhaitent, peuvent proposer aux élèves des enseignements facultatifs en langues et cultures de l’Antiquité, langues et cultures européennes et langues et cultures régionales, ils peuvent également, offrir une deuxième langue vivante étrangère en classe de sixième, ce qui permet de rétablir les classes bilangues.
- Instaurer le programme « devoirs faits »
Au collège, les élèves volontaires bénéficient d’une aide aux devoirs dans le cadre d’études dirigées, au lendemain des vacances de Toussaint 2017. Il s’agit d’un temps d’étude organisé dans l’établissement, en dehors des heures de classe avec des enseignants volontaires, des assistants d’éducation, des personnels en service civique ou des associations partenaires.

Bonne rentrée à tous !

La Presse parle de Kid Mouv’ au Québec !

En cette nouvelle rentrée scolaire, les Médias s’intéressent aux parents et aux difficultés liées aux accompagnement des enfants que ce soit à l’école ou aux activités. Kid Mouv’, premier site ayant mis en place des solutions de mutualisation de trajets et de covoiturage entre parents, a été interviewé par Marie Allard, journaliste à La Presse à Montréal.

Une prochaine implantation de Kid Mouv’ au Québec est à l’étude ……

covoiturage Canada

LE COVOITURAGE, « ÇA ME SAUVE LA VIE »
MARIE ALLARD LA PRESSE

Sophie Gautherot hésitait à inscrire son fils au soccer compétitif, en mars dernier. « C’est deux ou trois fois par semaine, explique-t-elle. Heureusement, on s’organise avec les autres parents pour les y emmener. Sinon, on ne fait que le taxi ! »

Cette mère de trois enfants de 2, 7 et 10 ans est catégorique. « Le covoiturage, ça me sauve la vie, dit-elle. Je trouve que c’est vraiment ce qui permet que les enfants fassent des activités. »

Déjà, le covoiturage a donné à son fils la chance de faire du scoutisme, l’an dernier. « La mère de son bon ami a proposé d’aller les chercher à l’école, de les faire souper et de les emmener aux scouts, décrit Mme Gautherot. Je n’avais qu’à aller les chercher à la fin et à les ramener. »

Au soccer, c’est l’entraîneur de son fils qui envoie des courriels à toutes les familles, leur permettant de coordonner les transports. « Ça m’a été utile, parce qu’au début, je ne connaissais pas les autres parents », dit Mme Gautherot.

CLUBS DE COVOITURAGE SCOLAIRES

« Le covoiturage entre parents est une solution intéressante, non seulement pour économiser de l’argent, mais aussi du temps », fait valoir Francis Girard-Boudreault, directeur de produit et des relations d’affaires de Covoiturage.ca, un site de covoiturage québécois. En réduisant le trafic autour des écoles et centres de loisirs, « la sécurité des enfants est aussi améliorée », ajoute-t-il.

Covoiturage.ca gère actuellement des « clubs de covoiturage dédiés » pour trois écoles. Seuls les parents d’élèves dûment inscrits peuvent y accéder, après avoir donné leur identité. « Ils peuvent ensuite publier le trajet qu’ils font ou faire une recherche pour trouver un autre parent qui a un trajet similaire », explique M. Girard-Boudreault.

Aucun club sportif n’a encore fait appel aux services du site. Même si « une équipe de hockey émet en moyenne quatre tonnes de gaz à effet de serre par saison, simplement pour se rendre aux pratiques et aux matchs », selon l’organisme environnemental Équiterre.

POPULAIRE EN FRANCE

En France, plusieurs plateformes, comme Kid Mouv’, Zouzoucar ou Kiddydrive, permettent de « partager les conduites » des enfants. Laure d’Auvergne a créé Kid Mouv’ en 2013, après avoir cherché de simples services d’accompagnement aux activités pour ses enfants. « Je me suis vite rendu compte que cela n’existait pas », se souvient Mme d’Auvergne.

Kid Mouv’ offre aujourd’hui aux familles « de mutualiser les trajets avec d’autres parents » ou de trouver des accompagnateurs s’ils ne sont pas disponibles, explique sa fondatrice. « Lorsqu’un parent souhaite se mettre en relation avec un accompagnateur, il souscrit un abonnement (à partir de 2 € [3 $] pour cinq jours de mise en relation), précise-t-elle. Par ailleurs, des mairies ou associations sportives et culturelles souscrivent des abonnements directement auprès de Kid Mouv’ afin de rendre le service gratuit pour leurs adhérents ou pour les parents. »

DES TRUCS POUR RÉUSSIR

Équiterre suggère divers trucs pour faciliter le covoiturage entre familles. L’organisme a conçu une fiche d’inscription au covoiturage toute simple, à faire circuler au début des saisons des clubs sportifs et de loisirs, afin de faciliter la communication entre parents intéressés à s’entraider.

D’autres outils sont utiles, comme le planificateur Doodle (qui permet de partager un calendrier et d’y inscrire ses disponibilités) ou diverses applications (Carpool-Kids, Kid CarPool, Carpool School Edition, etc.).

Les parents éreintés de jouer au taxi peuvent aussi espérer que des plateformes comme Kid Mouv’ s’implantent au Québec. « Nous étudions actuellement les possibilités de développement à l’étranger, indique Mme d’Auvergne. Pourquoi pas à Montréal ? »

mhttp://plus.lapresse.ca/screens/b95f18cb-e1c4-48c6-91d2-a6f9a12bb629%7C_0.html

 

Ne manquez pas la chasse aux œufs de Pâques dans le jardin des Champs Elysées mercredi 12 avril de 15h30 à 17h30 !

 

oeuf laduréeCette chasse organisée par le Comité du Faubourg Saint Honoré s’adresse à tous les enfants de 3 à 11 ans et leur permettra de gagner des œufs d’exception ! En effet, plusieurs chefs se sont prêtés au jeu et proposent des créations exclusives : Claire Heitzler, Chef Création Pâtisserie chez Ladurée ; David Landriot, Chef Pâtissier du Mandarin Oriental Paris ; Nicolas Jaulmes, Chef Pâtissier du Buddha-Bar Hotel Paris ; Shereen Khelif, Chef Pâtissière du Sofitel Paris Le Faubourg ; et Jérôme Banctel, Chef doublement étoilé de La Réserve Paris Hôtel & Spa. Des animations sont prévues et chaque enfant repartira avec un sachet de petits œufs offerts par la maison Ladurée !

Pour participer, il faut vite s’inscrire à l’adresse suivante: paques@comitedufaubourgsainthonore.com
Bonne chasse !

Saviez-vous que les enfants s’intéressaient aux élections présidentielles ?

 

enfant présidentSqula, une plate-forme de jeux éducatifs en ligne, s’est intéressée à la question et a réalisé un sondage Ipsos auprès de 500 enfants âgés de 6 à 12 ans.
S’ils sont majoritairement au fait de la campagne électorale, c’est notamment parce qu’ils entendent parler politique à la maison et que cela les intéresse très modérément 
Quand on les interroge sur le président actuel, ils sont 90% à connaitre son nom, une toute petite minorité l’appelant « Un Monsieur avec des lunettes » « Monsieur Patate » « Fillon » « François Marcosi»
Ces enfants ont aussi de l’ambition : près d’un enfant sur deux aimerait un jour être Président !
Pour la majorité des enfants, la principale qualité d’un président doit être l’exemplarité dans tous les domaines et sa principale priorité doit être de lutter contre le terrorisme.
Les premières décisions qui seront prises par nos présidents en herbe pour améliorer l’école : apprendre les mathématiques et le français sous forme de jeux
A bon entendeur !

La pluie rend heureux !

enfant pluie

Et oui, on peut aimer la pluie !
Iris sur son blog « Les caprices d’Iris » a réussi à trouver 10 bonnes raisons d’aimer la pluie ! Découvrons les !

Au lieu de ruminer et de s’impatienter, j’ai décidé de partager avec vous mes 10 raisons d’aimer la pluie. Parce que oui, j’aime la pluie, et ce, depuis toute petite. J’aimais particulièrement lorsque nous faisions de longs voyages en voiture avec mes parents, et qu’il pleuvait. J’aimais me savoir au chaud, et le bruit des essuie-glace, qui couinaient un peu il faut le dire, m’endormait. Maintenant que je suis plus âgée, j’aime tout autant la pluie…

1) « La pluie, c’est bon pour le teint » me répète ma maman. Pas étonnant alors que les anglaises aient un si joli teint de poupée

2) On a une excuse pour retomber en enfance et sauter dans les flaques d’eau en portant des bottes en caoutchouc à motifs régressifs !

3) Pour le plaisir de rester au chaud sous la couette et d’écouter, ou regarder les gouttes d’eau sur les fenêtres

4) Chanter sous la pluie ♫

5) Pas la peine de passer 3h à faire votre brushing, qui sera détruit en quelques minutes (sauf si vous avez la chance de posséder une chevelure exceptionnelle qui résiste à l’épreuve de l’humidité). Gain de temps assuré !

6) Cette satisfaction intérieure lorsque, trempées, on arrive (enfin) à se mettre à l’abri

7) Pour faire comme dans les films et embrasser langoureusement votre amoureux sous la pluie, seuls au monde (normal, toutes les personnes sensées se seront déjà abritées)

8) Observer les gens s’animer d’un seul coup. Les gens se dépêchent de se mettre à l’abri mais en réalité ça les fait rire de se retrouver trempés (ou pas)

9) L’arc en ciel, bien sûr

10) Le parfum qui se dégage après la fin de l’averse après une chaude journée.

Quand les parents échangent les rôles avec leurs enfants

Vous êtes-vous déjà demandé(e) comment vos enfants vous percevaient ?
Bien sûr, vous entendez régulièrement vos enfants vous dire que vous êtes trop sévère, que vous ne comprenez rien, que vous êtes ringard(e) (ou pire !….) , qu’ils ne souhaitent à personne de vivre dans cette famille, … Vous réalisez que vous n’êtes pas le parent rêvé de Nutella ou Kinder Bueno !
Mais comme tout bon parent qui se respecte, vous êtes à l’écoute de votre enfant et vous voulez en savoir plus sur ce qui se passe dans sa petite tête. Alors, un jour, vous vous jetez à l’eau et lui proposez d’inverser les rôles quelques heures (vous constaterez rapidement que c’est largement suffisant !….).
Vous voilà donc à la merci de votre enfant qui va exiger que vous rangiez votre chambre en remettant chaque playmobil dans la bonne boite. Après une inspection draconienne, il vous imposera de faire vos devoirs, d’apprendre une récitation et de mettre le couvert. Pendant ce temps, votre enfant se prélassera sur le canapé en compagnie de ses jeux préférés et s’en donnera à cœur joie !
Mais vous n’avez pas dit votre dernier mot……
Après avoir couru dans le jardin, vous rentrerez avec vos chaussures pleines de terre dans la maison en laissant des traces dans toutes les pièces. En ouvrant la porte du frigidaire, vous laisserez malencontreusement tomber une bouteille de lait et vous crierez famine. …. Après avoir nettoyé toute la maison, votre enfant se lancera avec quelques difficultés dans la réalisation de pâtes à la bolognaise (son plat préféré) et vous demandera des conseils, ce à quoi vous répondrez que vous n’êtes qu’un enfant……Il réalisera un plat immangeable…. Vous prendrez un malin plaisir à lui faire remarquer et à lui demander de vous préparer autre chose.
Il est possible qu’à ce moment-là, il baisse les armes et décide de mettre fin au jeu.
Vous aurez gagné !petite fille déguisée en famme

La Maison des Maternelles invite Kid Mouv’ !

Vendredi, Kid Mouv’ était l’invité des Maternelles pour présenter sa solution collaborative entre parents. Depuis hier, nous avons de nombreux nouveaux visiteurs sur notre site ! Bienvenue à tous ! Et merci à Julie et Agathe pour ce moment convivial dans la belle maison des Maternelles !la maison des maternelles

Le covoiturage pour enfants a-t-il de l’avenir ?

covoiturage2Merci à 20 minutes pour son article sur le covoiturage des enfants. Kid Mouv’, première plateforme collaborative pour l’accompagnement des enfants, fête ses 3 ans d’existence et ouvre la voie à de nombreux créateurs de sites qui ont la même vocation: trouver des solutions pour faciliter la vie des parents.

S’arranger entre parents pour régler le casse-tête de l’accompagnement des enfants, le principe ne date pas d’hier. Pour faciliter leur mise en relation, de nombreuses plateformes et applications se proposent désormais de jouer les intermédiaires. Au-delà de l’effet de mode, y-a-t-il un avenir pour ce covoiturage version cours d’école?

Des parents à la recherche (désespérée) de solutions

Du côté des parents la question de la gestion des trajets des enfants est unanimement décrite comme «une galère». Le bouche à oreille et l’entraide fonctionnent, mais pas toujours facile de nouer le contact ou de trouver un parent qui soit disponible le bon jour, la bonne heure, de manière régulière.

«Au début de l’année c’est difficile d’aller vers d’autres parents qu’on ne connaît pas et de leur dire: au fait je vous donne mon gamin, vous me donnez le vôtre!», explique avec humour Carole, mère de deux garçons de 8 et 10 ans. Faute de solutions de transports, cette maman qui occupe un poste à plein temps loin de son domicile n’a pas reconduit l’abonnement au club de football de son fils.

«On pense qu’on a pas besoin d’internet mais dans la réalité, il y a beaucoup de parents qui font les mêmes trajets que nous mais on ne les connaît pas», explique Anne Buffetaud, l’une des fondatrices de Hopways.

C’est justement pour trouver une solution à ses propres problèmes que Laure d’Auvergne a créé en 2013 KidMouv, la première plateforme collaborative dédiée à l’accompagnement d’enfants. «On était en plein dans la réforme des rythmes scolaires, les horaires de sortie d’école changeaient et les parents étaient paniqués», confie-t-elle.

Le site, payant, fonctionne via un système d’annonces et de profils sécurisés et compte environ 10.000 inscrits. Sa fondatrice concède «un manque de budget communication» mais reste convaincue que le «marché va se développer».

Les associations sportives et culturelles intéressées

Outre les parents, les associations qui proposent des activités pour les enfants sont, elles-aussi, en demande de solutions de transport. Avec la baisse des dotations de l’Etat, beaucoup de communes ont été obligées de réduire leurs enveloppes aux associations, qui cherchent de nouveaux adhérents pour pérenniser leur activité.

«Prenez l’exemple de la fusion d’un club de football près de Rennes. Avant le club était à 500 mètres de la résidence de l’enfant, désormais il est à 3 kilomètres, ça pose problème», explique Christophe Martins, président de Montfort Communauté, communauté de commune d’Ille-et-Vilaine. Élu au conseil départemental, il remarque «une demande de plus en plus forte» autour de la question de la mobilité des enfants.

Beaucoup de plateformes, encore peu d’inscrits

Avec l’essor et la popularisation du covoiturage et des applications dites «collaboratives», le covoiturage pour enfants est désormais l’objet de toutes les convoitises. Hormis KidMouv, Kiddidrive et Hopways  se sont également lancés sur le marché. Les plateformes Zouzoucar et Drop Mykids seront de leur côté pleinement opérationnelles en septembre prochain. Sans compter les projets en cours de développement, à l’image de Cobinz, primé lors du weekend des startup de Bordeaux.

 Pour Nicolas d’Haussy, fondateur de Zouzoucar (actuellement en phase de test dans la métropole lilloise), la concurrence est un point positif: «C’est un plus que beaucoup de personnes s’y mettent. Ça veut dire qu’il y a un marché. Pour s’imposer il suffit de trouver le modèle qui fonctionnera le mieux pour les parents», argumente-t-il.Les plateformes devront en priorité rassurer les parents pour qui la notion de sécurité est primordiale. «L’idée est bonne mais confier mes enfants à des gens que je ne connais pas, je ne suis pas  convaincue. Ce n’est pas comme Blablacar, on est pas juste responsable de soi », explique ainsi Carole. Pour mettre en confiance les parents, Zouzoucar mise par exemple sur des «ambassadeurs» afin de faire connaitre et lancer le dispositif dans des établissements scolaires.Et si la solution passait par l’hyper local?Ces sites et applications doivent également s’implanter dans la durée en proposant suffisamment de trajets et de parents inscrits. «Je pense qu’il y a de la place pour tout le monde, le secret, c’est de commencer localement», estime Laure d’Auvergne, fondatrice de KidMouv.

A l’image de la startup Cmabulle, qui compte plus de 500 familles actives dans la région Nord-Pas-de-Calais, les plateformes de covoiturage doivent d’abord trouver leur modèle localement, renforcer leurs réseaux d’utilisateurs et nouer des partenariats avec les collectivités locales ou les mairies pour rassurer les utilisateurs. La mairie de Garches avait ainsi ouvert la voie en 2014 en signant un partenariat avec KidMouv. Partenariat qui n’a depuis pas été reconduit.

http://www.20minutes.fr/magazine/economie-collaborative/services-collaboratif/le-covoiturage-pour-enfants-a-t-il-de-lavenir-170922/

 

Dis Maman, pourquoi les cloches apportent des œufs ?

La question ne saurait tarder …. quelques éléments de réponses

Dès le Jeudi saint, les cloches des églises catholiques doivent se taire en signe de deuil. Les cloches se remettent en activité et carillonnent à nouveau dans la nuit du samedi au dimanche de Pâques pour célébrer et annoncer la résurrection du Christ. C’est la raison pour laquelle on raconte aux enfants que Les cloches reviennent à Pâques et apportent des œufs qu’elles sèment sur leur route.

Pourquoi les œufs ?
La tradition des oeufs remonte à plus de 5000 ans. Les Perses s’offraient déjà des œufs à l’approche du printemps. Ce fut ensuite le tour des Gaulois et des Romains. Pour toutes ces cultures païennes, l’œuf semble avoir été l’emblème de la vie, la fécondité et la renaissance. Ces traditions ont ensuite été assimilées par la chrétienté. L’œuf de Pâques est alors devenu un symbole de la résurrection.

Bonne chasse aux œufs !egg lapin

Les cœurs nous envahissent !

 

Valentine's_Day_Little_469484

 

Que ce soit à la Boulangerie, chez le fleuriste , le chocolatier, le bijoutier ou encore dans la supérette de quartier, les cœurs rouges, roses, blancs nous poursuivent !

Qui pourrait prétendre qu’il ne savait pas que c’était la Saint Valentin ?

Mais au fait, d’où vient cette fête et a-t-elle la même signification partout ?

La Saint Valentin a vraiment démarré aux Etats-Unis vers la moitié du 19ème siècle. La fille d’un papetier, Esther A. Howland, eut l’idée après avoir reçu une carte de Saint Valentin venant d’Angleterre, de vendre ce produit en masse: on les appela les « valentines »

Contrairement à l’interprétation qui en a été faite en France, la Saint Valentin n’est pas la fête des amoureux mais la fête de l’Amitié.

Aux Etats Unis on ne dit pas seulement « je t’aime » à son amoureux ou son amoureuse mais à tous les gens qu’on aime.

Après Noël, c’est à la Saint-Valentin que les Américains font travailler les facteurs : 190 millions de Cartes de la Saint-Valentin sont expédiées chaque année contre 2,6 milliards pour Noël !

Et pour couronner le tout : 9 millions de personnes aux USA achètent un cadeau pour leur animal de compagnie pour la Saint-Valentin !

A bon entendeur !